Revenir au site

Le Crabe aux Pinces de Plomb

Episode 3 : Révélations dans Les Chroniques D'Eveville

Escamotage d’un prof d’anglais !

Les Chroniques (d'Adamville...?) d'Eveville : « La vérité n’est jamais amusante, sinon tout le monde la dirait » (Michel Audiard)

Mercredi 13 mai
Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu droit à une bonne
énigme bien juteuse dans notre petite ville ! Les langues vont bon
train au lycée David Bohm depuis quelques jours, car Monsieur
David Martineau, professeur d’anglais, ne s’est pas présenté en
classe depuis le début de la semaine. Bon d’accord, on pourrait
penser que c’est plutôt une bonne nouvelle, un prof qui se volatilise.
Mais quand j’ai invité ses élèves à participer un petit sondage
via plusieurs réseaux sociaux : « Notez Monsieur Martineau sur
20 », franchement, ça m’en a bouché un coin :
— 83 % lui mettent 20/20
— 16 % lui donnent entre 18 et 19,5/20
— Et le reste lui met carrément 0 !
Écrasant, non ? Ça donne à réfléchir. D’un coup, il m’intéresse,
ce prof d’anglais qui s’est transformé en courant d’air ! Surtout que
mes adorables et fidèles lecteurs se souviennent de l’autre scandale
concernant le lycée David Bohm, celui que j’ai révélé il y a quelques
mois. Vous recadrez, ça y est ? Le prof de gym aux mains baladeuses
et aux yeux dans les coins qui avait planqué une petite webcam derrière
une grille d’aération bien placée dans le vestiaire des filles. J’ai
a-do-ré pirater ses fichiers et envoyer par e-mail à tous ses contacts
les photos qu’il avait prises (pas d’inquiétude, les filles : j’ai pensé à
flouter vos visages).
Petit rappel : Madame la Directrice du lycée avait personnellement
poussé la candidature de ce fameux prof. Elle avait l’air de
tenir très fort à ce qu’il travaille dans son établissement. La pauvre,
ça lui a brisé le coeur de devoir le sanctionner et le faire muter d’urgence,
après la parution de mon article (à relire ici).
Mais revenons à notre Monsieur Martineau, qui lui par contre
semble être un type bien, ce qui confirme hélas la validité du vieux
proverbe : « Ce sont le meilleurs qui partent » ! J’ai farfouillé du côté
du serveur du commissariat d’Adamville et voilà ce que j’ai appris :
— Quand Monsieur Martineau ne s’est pas présenté au lycée
lundi, la directrice a essayé en vain de le joindre sur son portable.
Elle ne s’est pas inquiétée plus que ça et a parqué tous ses élèves en
salle de perm en attendant son retour.
— Hier matin, mardi, le professeur d’anglais étant toujours absent,
elle a envoyé quelqu’un chez lui et par précaution, fait appeler
les hôpitaux de la région. Résultat ? Rien.
— Ce n’est qu’hier soir qu’elle a enfin alerté la police. Il lui a
fallu quasiment deux jours pour réaliser que quelque chose de grave
avait dû se produire.

C’est le tristement célèbre commissaire P. Delteil qui supervise
l’enquête. Vous vous souvenez du commissaire Delteil ? Mais oui,
c’est lui qui il y a un an a réussi à arrêter quatre petits dealers de rue
après 2 ans d’enquête ! Et c’est lui qui a laissé filer les gros bonnets
qui organisaient le trafic dans notre belle ville. Cocaïne, héroïne et
autre ecstasy continuent à s’écouler comme des pains aux raisins
au vu et au su de tout le monde dans les cages d’escaliers de nos
immeubles, dans la zone industrielle, et sur le parking du centre
commercial aux heures d’affluence ! Quant à l’herbe, même les
vaches normandes n’en consomment pas autant que certains de nos
concitoyens… mais vous pouvez cliquer ici pour voir ma nouvelle
petite vidéo sur le réseau de gosses de primaire qui la revendent aux
parents de leurs petits camarades.

Enfin bref, retour à Martineau. D’après mes infos (vérifiées et
revérifiées, faites-moi confiance), l’appartement du professeur ne
comportait aucune trace d’effraction et tout y semblait en ordre. La
police ne néglige aucune possibilité, mais ignore s’il est toujours en
vie, et le suicide est l’une des pistes privilégiées. Lundi matin vers
sept heures, il a pris son VTT pour se rendre au lycée en traversant
le bois de Grantan et c’est la dernière fois qu’il a été aperçu. Détail
intéressant, selon sa voisine et ses élèves, Monsieur Martineau
était quelqu’un de très routinier, qui effectuait toujours les mêmes
tâches aux mêmes heures, empruntait toujours les mêmes itinéraires
et s’habillait toujours de la même manière. Or le jour de sa
disparition, lui qui normalement n’emportait qu’une petite sacoche
en bandoulière, avait sur lui un gros sac à dos de couleur verte.
Vous avez dit bizarre ? Mon nez, qui ne me trompe jamais, me
dit qu’elle sent mauvais, cette histoire.

Je vous en dirai plus dès que j’en saurai plus, alors mes joyeux
followers de la vérité, restez connectés. Et comme toujours, si vous
avez une info intéressante, proposez-la ici. Mais souvenez-vous
qu’elle sera passée au peigne fin avant d’avoir une chance d’être
publiée !

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OKAbonnements générés par Strikingly